Rectify Saison 01 02 03 04 [03/??] VOSTFR

Ecrit par mega sur . Publié dans Téléchargez vos Séries VF & VOSTFR en HD, Téléchargez vos Séries VOSTFR en SD / HD 720P Gratuitement


Rectify VOSTFRRésumé : Après 19 années passées en prison pour viol et meurtre, Daniel Holden est finalement disculpé grâce à des analyses ADN. De retour dans sa ville natale, cet homme, qui n’avait que 18 ans lorsqu’il avait été emprisonné et condamné à mort, tente de se reconstruire une nouvelle vie. Pas évident quand ton entourage te considère toujours comme un criminel et qu’on a passé ces dernières années à attendre la mort !

Note 8,4/10 :Fantastique ! Un série dans le ton de Aà Z, la saison 1 est courte (6 épisodes), mais vraiment très intéressante et très condensée, on y suit les premiers instants de liberté d’un condamné à mort innocenté par des preuves ADN après 19 ans de couloir de la mort … C’est poignant, c’est fort, c’est émouvant. un chef-d’oeuvre à voir absolument.

Réalisateur : Ray McKinnon
Origine de la serie : Américaine
Genre : Drame
Acteurs : Aden Young, Abigail Spencer, Clayne Crawford
Statut : En production
Date de diffusion de la saison : Juin 2014

Telecharger Rectify Saison 01 02 03 04 VOSTFR HD 720P

Saison 01 VOSTFR HDTV

Multiup

Episode 1 a 6 Final OU Episode 1 a 6 Final

1fichier

Saison 01 VOSTFR HD 720P

Multiup

Episode 1 a 6 Final OU Episode 1 a 6 Final

Saison 02 VOSTFR HDTV

Multiup

Episode 1 a 10 Final OU Episode 1 a 10 Final

1fichier

Uptobox

Saison 03 VOSTFR HDTV

Multiup

Episode 1 a 6 Final OU Episode 1 a 6 Final

Saison 03 VOSTFR HD 720P

Multiup

Episode 1 a 6 Final OU Episode 1 a 6 Final

Saison 04 VOSTFR HDTV

Uptobox

Episode 01 a 04

1fichier

Episode 01 a 04

Saison 04 VOSTFR HD 720P

Uptobox

Episode 01 a 04

1fichier

Episode 01 a 04

Critique :

Après une première saison totalement maîtrisée, on était en droit de se demander si RECTIFY (notre critique) pouvait répéter l’exploit sur Sundance Channel. C’est chose faite avec ces dix épisodes dans lesquels on retrouve tous les ingrédients de l’année passée. Plus profond, plus complexe mais aussi résolument plus noir, ce nouveau chapitre reprend exactement là où on nous avait laissé. On retrouve donc à l’hôpital Daniel Holden (Aden Young), le corps meurtri des coups donnés par ses agresseurs. Les images sont fortes, toujours appuyées par les flashbacks dans le couloir de la mort qui continuent à transcender le propos au-delà du caractère judiciaire. Si on avait l’habitude de suivre un Daniel déboussolé et complètement renfermé sur lui-même, on assiste dès la moitié de cette nouvelle saison à un éveil. Il ne s’agit plus ici de spiritualité, mais de contrôle du temps. Daniel va en effet commencer à prendre de vraies décisions – bonnes ou mauvaises – lui donnant plus qu’une raison d’exister : le pouvoir d’être maître de ses actions et surtout la responsabilité de ses conséquences dans le temps qui lui est imparti. La question du choix est vraiment au centre de cette seconde saison. Daniel devient de plus en plus autonome et décide de se confronter à son passé. Les épisodes montent crescendo, au rythme de son parcours initiatique sous l’emprise d’alcool et de drogues. Le scénario évite à nouveau les clichés et traite avec justesse de ce traitement infligé à lui-même pour mieux se retrouver.

On s’intéresse davantage au sort de Daniel et aux questions juridiques. Le rôle du shérif Carl Daggett (J.D. Evermore) prend en parallèle de la consistance au travers de sa propre enquête, nous permettant de pouvoir recoller les morceaux d’une affaire vieille de vingt ans qui nous semble s’être déroulée hier. C’est par cet aspect que Rectify excelle, avec sa capacité à faire vivre ce fait sordide à travers les mots et non à grand renfort de flashbacks. Le parler tient une place très ambiguë car les déclarations de Daniel ou les propos de certains témoins n’indiquent que peu d’indices. Un sourire, un froncement de sourcil, un regard perdu : tout est livré de manière brutale du point de vue de la mise en scène. C’est dans ces instants que la violence intérieure est la mieux révélée, via des gros plans qui alimentent pathologiquement cette tension de l’animal blessé, renversé sur la route de l’existentialisme. La photographie a clairement pris un virage artistique. Les scènes se font de plus en plus sombres, tendant vers des couleurs plus froides. Le soleil étincelant dans la première saison devient ici plus menaçant, plus rare, parvenant à peine à s’infiltrer dans la maison familiale, ne laissant qu’un rai de lumière fuyard.

En revanche les personnages secondaires se dévoilent davantage et leurs interactions deviennent de plus en plus intéressantes. Jamais depuis Six Feet Under une série n’avait aussi bien parlé de la famille. Rectify retranscrit à une autre échelle la problématique des liens familiaux dans une dynamique où l’ombre du ré-emprisonnement est omniprésente. Les tensions entre Daniel et Ted Jr. (Clayne Crawford), son beau-frère, prennent de plus une dimension mythologique, entre leçon biblique et tragédie grecque, qui assure à la série la pérennité scénaristique de son postulat de départ classique. Entre enquête judiciaire et drame intimiste, Rectify continue ainsi d’étonner, d’émouvoir, et de fasciner. La performance accomplie d’Aden Young est toujours aussi bouleversante et continue de nous hanter longtemps après ces dix épisodes. Avec un final impressionnant, cette seconde saison livre quelques clés de cette descente aux enfers mais le mystère n’a pas encore livré tous ses secrets ; pour cela il faudra patienter jusqu’en 2015 pour découvrir le troisième acte.