Princesse Sofia : Il était une fois une FRENCH

Ecrit par mega sur . Publié dans Dessin animés / Animes / Mangas, Films Animes


Princesse Sofia : Il était une fois une FRENCHRésumé : Sofia est une petite fille qui voit un jour sa vie chamboulée lorsque sa mère épouse le Roi Roland II et part vivre dans le royaume imaginaire de Enchancia. Elle devient alors princesse et se doit d’apprendre les coutumes et manières de la cour. A l’aide de ses amies et professeurs, les fées Flora, pâquerette et pimprenelle (les 3 fées qui ont élevée la princesse Aurore), la jeune Sofia entre dans un monde jusqu’alors inconnu et doit maintenant faire ses preuves telle une véritable princesse ! Laissez-vous émerveiller par ce conte plein de magie et de fantaisies, et réveillez la princesse (ou le prince) qui sommeille en vous !

Origine du film: USA
Durée:47min
Genre:Fantastique, Animation
Réalisateur: Jamie Mitchell
Acteurs: Darcy Rose Byrnes, Ariel Winter, Wayne Brady | See full cast and crew
Date de sortie: 2013
Titre Original: sofia the first once upon a princess

Découper avec: Sans
Nombre de fichiers: 1
Taille des fichiers: 370 MB
Taille totale: 370 MB

Telecharger Princesse Sofia : Il était une fois une FRENCH

1fichier

uptobox

jheberg

Critique :

Il s’agit, en réalité, de l’épisode pilote de la toute nouvelle série de Disney Junior, Princesse Sofia. Cette dernière reprend – à deux détails près – les fondamentaux d’une autre série récente de la chaine des tout petits, Jake et les Pirates du Pays Imaginaire. La première différence réside ainsi dans le fait que le programme vise clairement un auditoire féminin tandis que la seconde consiste en l’absence d’interaction avec le public ; Sofia contrairement à Jake ne s’adressant jamais directement aux téléspectateurs mais vivant une aventure de bout en bout, sur tout l’épisode, sans interruption aucune…

Princesse Sofia : Il Était une Fois une Princesse est donc un long épisode (ou mini téléfilm) de 45 minutes qui pose les bases de la série éponyme. Ce premier contact n’est malheureusement pas vraiment bon. L’animation 3D de l’opus est, en effet, exécrable et se situe à mille lieux de celle d’un film de cinéma comme Raiponce ou d’un direct-en-vidéo comme Clochette et le Secret des Fées. Produit pour la télévision, l’épisode manque ainsi visiblement de moyens et paye cash son absence d’ambition. Si le design des personnages est a priori sympathique, leurs textures sont par exemple atroces. Et que dire des décors qui oscillent entre le satisfaisant et le médiocre tant le recours au vide et au linéaire est fréquent. Du côté du scénario, ce mini téléfilm s’en sort en revanche plutôt bien. L’histoire bien que clairement destinée aux petits filles est vraiment sympathique : magique, avec des personnages attachants et une morale gentillette. Le téléspectateur a de quoi passer un bon moment au sein d’une ambiance typiquement disneyenne !

En fait, l’univers de la série naissante fait penser à un mélange, côté animation, de l’épouvantable Disney Princesses – Les Histoires Merveilleuses : Vis tes Rêves et, côté récit, du sympathique manga, Princesse Kilala. Des deux, il reprend en effet l’idée de l’apprentissage à devenir une princesse Disney. La principale crainte réside donc dans le fait de voir Princesse Sofia : Il Était une Fois une Princesse ambitionner de créer des aventures parallèles avec les princesses Disney historiques reproduisant, là, l’hérésie coupable de Disney Princesses – Les Histoires Merveilleuses : Vis tes Rêves.
Car le téléfilm et la série par la suite ne peuvent s’empêcher de saupoudrer leurs récits de guests stars Disney à l’image, ici, de Cendrillon et des fées Flora, Pâquerette (qui est affublée de lunettes ?!) et Pimprenelle. La venue de façon épisodique des neuf autres princesses (celles listées par la branche merchandising de Disney avec l’erreur du rajout de la roturière Mulan) dans les épisodes de la série est malheureusement acquise. Passée cette absurdité, l’ensemble offre néanmoins une ambiance agréable avec quelques bonnes idées comme les pouvoirs de l’amulette, les animaux qui parlent, la relation avec la demi-sœur et le demi-frère. Quatre chansons -assez quelconques- viennent également agrémenter le moyen-métrage.

Côté personnages, Sofia portera donc la série sur ses épaules. Elle est une fillette devenue princesse suite au mariage de sa mère Miranda avec le Roi Roland II. Elle passe ainsi du statut de simple fille d’artisan à princesse en devenir. En plus d’un beau-père, elle acquiert un demi-frère James et une demi-sœur Ambre ; les enfants du Roi (légitimes et adoptée) formant de la sorte une famille recomposée. Si le petit frère accueille sa nouvelle sœur avec plaisir, Ambre, elle, est jalouse de se voir voler la vedette en sa qualité de princesse préférée du royaume. En plus de sa famille, Sofia se fait également des amis avec les animaux de la forêt comme le lapin, l’écureuil ou les oiseux bleus et rouges. En revanche, Cédric, le magicien du château est clairement son ennemi.

Juste avant sa diffusion, la série est victime d’une polémique aussi inutile que futile. En effet, le producteur exécutif affirme maladroitement que Sofia est la première princesse latino de Disney. Les associations nord-américaines de défenses des droits des latinos conspuent alors immédiatement ce personnage censé les représenter mais dépourvu des caractéristiques définissant leur communauté ; Sofia ayant les cheveux bruns et les yeux bleus… Le vice-président de Disney Junior, en personne, revient donc sur les déclarations de ses artistes en précisant que la série n’a jamais eu dans ses gênes de volonté de donner une origine ethnique à sa princesse. Sofia n’est donc pas latino ! Fin de polémique stupide et surtout totalement inique : les studios Hollywoodien se voient souvent reprocher de caricaturer leurs personnages et les apparences de ceux-ci, à commencer par ceux issus des minorités. Pour une fois que le personnage d’une princesse latino s’éloignait des clichés, les Associations nord-américaines de Défense des Droits des Latinos auraient mieux fait de réfléchir avant d’agir, évitant par la même de se tirer une balle dans le pied…

Malgré ses défauts intrinsèques et une polémique stérile, Princesse Sofia : Il Était une Fois une Princesse cartonne lors de sa diffusion, réunissant pas moins de 5.2 millions de téléspectateurs. Il réalise ainsi, pour Disney à la télévision, un excellent résultat depuis des années sur la cible des 2/5 ans et 6/11 ans.

Princesse Sofia : Il Était une Fois une Princesse pêche, certes, par son rendu visuel bon marché mais étonne par son récit bien écrit et ses personnages attachants et sympathiques. La série a donc les ressources pour bien fonctionner…