Lucy TRUEFRENCH

Ecrit par mega sur . Publié dans Télécharger Films, Téléchargez Films en DVDRIP 720P et 1080P Gratuitement


Lucy TRUEFRENCH BDRiPRésumé : A la suite de circonstances indépendantes de sa volonté, une jeune étudiante voit ses capacités intellectuelles se développer à l’infini. Elle « colonise » son cerveau, et acquiert des pouvoirs illimités.

Note 6.5/10 : Très bon film de Luc Besson. J’ai été surpris d’avoir lu certaines mauvaises critiques et même de très mauvaises critiques. Je pense que ces personnes là n’ont tout simplement pas compris le film. Il faut également savoir que la plupart n’ont même pas vu le film mais se permettent quand même de critiquer… Peut être des anti-Besson ?? En tout cas, on a un très bon thriller fantastique avec de l’action du début à la fin. Un film original même s’il y a une PETITE touche de philosophie que le réalisateur utilise sans en abuser. Ce film mérite amplement d’être vu et plaira aux fans de films d’action.

Origine du film : Français
Réalisateur : Luc Besson
Acteurs : Scarlett Johansson, Morgan Freeman, Min-sik Choi, Analeigh Tipton
Genre : Science fiction, Action
Durée : 1h29min
Date de sortie : 6 août 2014
Année de production : 2014

Telecharger Lucy TRUEFRENCH BDRiP HD 720P

Version TRUEFRENCH BDRIP

 Uptobox

Version TRUEFRENCH HDLIGHT 720P (963 Mo)

 Uptobox

Version TRUEFRENCH HDLIGHT 1080P (1490 Mo)

 Uptobox

Critique :

 

Alors oui, je sais d’emblée que ma note paraîtra exagérée, et qu’ainsi je m’attirerais les foudres des détracteurs de Besson, et de ceux qui n’ont pas du tout apprécié ce « Lucy », sorte d’union entre « Le Cinquième Élément », « Léon » et « Nikita ». Je vous invite donc à lire ma critique jusqu’au bout. Je viens tout juste de dire que « Lucy » était une sorte d’hybride entre plusieurs films de la carrière de Besson. Tout du moins, c’est comme ça que je le percevais quand je me matais les bandes-annonces. Et pour tout vous dire, je n’étais pas très chaud. Je dirai même plus, les images montrées ne me laissaient ni chaud ni froid, entre l’appréhension et l’envie. Et donc, comme j’ai eu l’occasion d’aller le voir un week end ( pas cette semaine, mais celle d’avant, et comme j’avais trop de critiques à rattraper, j’ai mis celle ci en stand-by ), j’ai essayé de ne m’attendre à rien d’autre qu’un nouveau film du réalisateur, ni a un « Cinquième Élément » ni a un « Léon », espérant tout de même que le résultat ne serait pas aussi catastrophique que celui de « Malavita », que j’avais tant attendu et qui, au final, n’avait presque que fait me décevoir. Sauf que « Lucy » n’est pas de cette trempe. « Lucy », c’est la vision d’un mythe moderne par Luc Besson, c’est quelque chose de personnel, quelque chose qui n’est ni vendu ni destiné qu’aux Américains : c’est le surhomme, enfin, la surfemme, me demandez pas pourquoi le mec aime tant les dominatrices, vu(e) par ce même gars qui nous avait pondu « Le Grand Bleu ». C’est une vision purement personnelle, certes, et pour cela, autant apprécieront ou détesteront. Moi, j’ai adoré. Littéralement. Pas seulement parce que cette approche est complètement nouvelle, non, parce que j’ai ressenti des choses que je n’avais pas encore ressenti, ou que j’avais ressenti il y a de cela très longtemps. Déja, j’ai eu la chance de le voir seul au cinéma, parce que ce n’est clairement pas le film à voir entre potes juste pour s’amuser.

Parce que « Lucy » n’est clairement pas un divertissement typé. Pourquoi typé? Parce qu’il faut bien le dire, énormément de blockbusters se ressemblent ( surtout les Marvel ) : humour, encore humour, explosions, morts, effets spéciaux à tout va, et scénario peu intéressant. Je généralise, c’est vrai, mais citez moi quatre blockbusters de cette année qui ait un scénario original. Voila. Et donc, « Lucy », avec de l’usé, il parvient à innover. Je ne dis pas qu’il a un scénario original ( encore que je n’ai jamais vu, au cinéma, quelqu’un avec toutes ses capacités mentales parvenir à un tel résultat ), non, ce qui est original, c’est la manière de le traiter. Honnêtement, quand je suis entré dans la salle, je m’attendais à autre film de super-héros. Et c’est principalement pour cela, je pense, que le film n’a pas plût. Les gens ne sont pas tombés sur ce à quoi ils s’attendaient, et n’ont donc pas eu ce pour quoi ils étaient venus. Honnêtement, dès le début, je me suis régalé. Et quelle introduction! Très originale et qui n’assure que du bon pour la suite. Déja, on sent vraiment la patte Besson. Dès le début, on aperçoit les deux gros points positifs du film : il est porté par sa mise en scène, et par son actrice principale. Je reviendrai sur Scarlett Johansson. Et donc, la mise en scène, elle est impressionnante. Vraiment, je n’exagère pas. En tant que cinéphile, je peux bel et bien vous avouer que j’ai pris mon pied. Encore une fois, je n’exagère pas, je suis vraiment sincère, la réalisation est magnifique. Pleine de sous-entendus, d’images « hors-film » ( qui n’ont pas de rapport avec les personnages ) toutes mieux choisies les unes que les autres, c’est simple, Monsieur Besson exprime, par la caméra, ce que les personnages pensent et ne disent pas. Et pour vous illustrer cela, j’ai deux images qui reviennent en tête. Déja, quand Lucy entre dans le bâtiment des japonais, elle comprend qu’elle est tombée dans un piège. Et donc, pour illustrer cela, qu’est-ce qu’on utilise? Un court extrait d’une sourie qui se fourre dans un piège à rat. Et pour la capture, à votre avis? On montre des images d’un animal ( honnêtement, je ne me souviens plus duquel ) se faire pourchasser par une meute de fauves ( des léopards? ). Et au final, quand la scène se termine, l’animal n’est plus. C’est excellent, bien pensé et très recherché. Et perso, en lisant les avis de beaucoup de spectateurs sur ce film, je ne m’attendais pas du tout à un tel résultat. Niveau mise en scène, c’est vraiment le top. Il nous ressort même le style de réalisation qu’il avait employé pour l’arrivée finale des bad guys dans « Léon ». Alors oui, je ne vais pas être de mauvaise foi, c’est vrai qu’il y a des ratés, notamment quand Lucy se « transforme ». Aussi étrange que cela puisse paraître, c’est peut-être la scène la moins réussie du film. Elle est assez lourde, en fait. Bon, ce n’est pas ridicule, mais force est de constater qu’elle vieillira très mal. En fait, c’est surtout à cause du jeu de Johansson. Autant, dans tout le film, elle était excellente, autant là, la pauvre, elle ne savais pas trop quoi faire, et était à la limite du surjeu. Mais on reviendra sur elle, laissez moi finir de vous dire ce que je pense de la mise en scène.

Donc, dès le début, elle est très expressive, ça, y’a même pas besoin de revenir dessus. Je pense que je peux le dire sans même sourciller, « Lucy » est un film expérimental. Oui, je sais, vous n’êtes surement pas d’accord, mais je vais m’expliquer,e ne vous inquiétez pas. Déja, ce film, il est vraiment atypique, comme la scène finale le démontre. Non, je ne vais pas vous spoiler, seulement vous dire que sa réalisation est impressionnament inventive, et qu’elle envoie du lourd, nous apprenant une chose, tout ce qui se passe dans ce film aura une utilité par la suite. Luc Besson a vraiment une vision unique des choses, il te sort une oeuvre qui dépasse l’imaginaire du commun des mortels ( les fils pour les portables reliés aux satellites sont vraiment très originaux ). La scène du monologue de Lucy dans l’hôpital est magnifique, vraiment émouvante, lyrique, poétique et impensablement belle, je n’avais jamais entendu cela! Et pour cette scène, il faut voir ce « Lucy ». Parce que oui, ce film, c’est un enchaînement de scènes cultes. Celle de fin est tout simplement impensable et inimaginable, l’autre du retour dans le temps est tout simplement bluffante et parfaite, d’une beauté dure à égaler ( avec l’évolution de Times Square et de la Terre entière ), celle de la course poursuite dans Paris est extrêmement bonne et rythmée, et j’en passe! Bon, comme je le disais, il y a quelques fausses notes dans l’écriture. Certains dialogues sont en effet loin d’être parfaits, la scène de « transformation » dans la prison n’est pas terrible et complètement exagérée ( oui, je sais, je l’ai déja dit ) et l’humour est parfois trop lourd. Y’a qu’à voir la tentative en début de film, quand Lucy va ouvrir la mallette et que tous les hommes de main du bad guy ont sortis chacun un bouclier anti-émeute. Un passage taillé pour les américains, c’est sûr! Alors c’est vrai que le scénario est loin d’être parfait, mais je le vois plus comme un prétexte que comme une intrigue qui prend le pas sur l’action. Parce que clairement, le film n’essaie pas d’être le nouveau « 2001 l’odyssée de l’espace », non, il fait son truc et divertit quand même, malgré sa courte durée. Mais bon, il n’y a pas une lenteur, donc le tout est quand même assez éprouvant, alors honnêtement, la courte durée ne m’a même pas dérangé. Je préfère un film de moins d’une heure trente qui nous en met plein la vue à un autre de trois heures où l’on ne sait plus quoi faire tellement le temps passe lentement. Alors oui, c’est vrai que le scénar aurait gagné à être un peu plus approfondis, surtout que l’on se trouve quand même dans de la SF, mais bon, ce n’est pas trop gênant non plus. Au moins est-il un minimum original. L’histoire, quand à elle, est largement meilleure. Ah oui et puis à la fin, le mec part dans un délire! Non mais j’ai jamais vu ça! C’est simple, il a complètement dépassé le cadre du film de surhomme pour partir dans un trip dont lui seul à le secret. Incroyable. Et donc, maintenant, on va parler de Johansson. Honnêtement, cette actrice, je ne l’ai jamais adorée. Je reconnais qu’elle a du talent ( et un physique ), mais je ne sais pas, il y a quelque chose chez elle qui ne m’a jamais accroché. Enfin, c’était avant ce film. Là, je dois bien vous avouer qu’elle m’a vraiment énormément surpris. Elle est vraiment charismatique et joue constamment très bien ( oui, à part dans la scène de « transformation » ). Honnêtement, elle tient le casting sur ses bien fines épaules, et pas un ne parvient à l’égaler. On retrouve également Morgan Freeman, qui semble abonné, depuis quelques temps, aux films de SF ( « Oblivion », « Insaisissables », « Transcendance » et « Lucy » en moins d’un an, faut le faire! ). Le gars a 77 ans quand même! Respect et chapeau bas! Une excellente surprise. Je ne m’attendais pas du tout à cela, un excellent film, prenant, passionnant et un tant soit peu original. Génial.