Helix – Saison 01 02 [13/13] FRENCH

Ecrit par mega sur . Publié dans Téléchargez vos Séries FRENCH en SD / HD 720P Gratuitement, Téléchargez vos Séries VF & VOSTFR en HD


Helix french

Résumé : Une équipe de scientifiques enquête sur une redoutable maladie dans un centre de recherche en Antarctique. La survie de l’humanité est entre leurs mains…

Note 7/10  : bonsoir alors franchement après 3 épisodes je dit que c’est pour l’instant une des meilleurs série de ce début 2014 (d’ailleurs je crois que c’est la meilleur ) je trouve que le jeux d’acteur est super bien jouer pour le contexte de l’histoire on y crois et c’est ça qui rend la série intrigante je trouve que c’est un univers oppressant ,angoissant … franchement je me suis prix une petite claque en regardant cette série j’attends la suite avec impatience

Origine de la serie : Américaine
Acteurs : Billy Campbell, Hiroyuki Sanada, Kyra Zagorsky
Genre : Drame, Science fiction
Statut : En production
Format : 42 minutes
Date de diffusion de la saison : Janvier 2014

 Telecharger Helix, Saison 01 02  FRENCH HD 720P

Saison 01 FRENCH HDTV

Streaming

Episode 1
Episode 2
Episode 3
Episode 4
Episode 5
Episode 6
Episode 7
Episode 8
Episode 9
Episode 10
Episode 11
Episode 12
Episode 13 FiNAL

Multiup

Episode 1 a 13 Final OU Episode 1 a 13 Final

1fichier

Episode 1
Episode 2
Episode 3
Episode 4
Episode 5
Episode 6
Episode 7
Episode 8
Episode 9
Episode 10
Episode 11
Episode 12
Episode 13 FiNAL

Saison 01 FRENCH HD 720P

Multiup

Episode 1 a 13 Final OU Episode 1 a 13 Final

Saison 02 FRENCH HDTV

Streaming

Uptobox

Episode 1

Episode 2

Episode 3

Episode 4

Episode 5

Episode 6

Episode 7 a 13 Final

Saison 02 FRENCH HD 720P

Uptobox

Episode 1

Episode 2

Episode 3

Episode 4

Episode 5

Episode 6

Episode 7 a 13 Final

1fichier

Episode 1

Episode 2

Episode 3

Episode 4

Episode 5

Episode 6

Episode 7 a 13 Final

Critique :

Ronald D. Moore, le papa de (« Previously on ») Battlestar Galactica, a gagné mon éternel respect en accouchant de l’une des meilleures séries jamais portées sur le petit écran -so say we all. Aussi me suis-je tout naturellement jetée sur Helix, son dernier bébé, également produit par l’excellente chaîne du câble SyFy qui, par souci de cohérence, fait dans la science-fiction et les genres qui lui sont traditionnellement attachés avec plus ou moins de légitimité. Le créateur de (« Previously on ») BSG revient donc avec un projet alléchant, dont les deux ou trois premiers épisodes, le pilote comptant double pour mon plus grand plaisir, donnent un aperçu de son potentiel. Il signe avec Helix un nouveau huis clot : ses personnages, qui ont troqué leur combinaison spatiale pour une combinaison antibactérienne, ne sont plus confinés dans un vaisseau de guerre sillonnant l’espace intersidéral, mais dans une base de recherches internationale construite en Arctique. En d’autres termes, il fait trop froid pour mettre le pied dehors, même si l’ennemi fait des ravages à l’intérieur ; et à cet égard, la cadette de la famille Moore se pose dès la scène d’introduction en série horrifique qui, au vu des quelques épisodes déjà diffusés, tient largement ses promesses. À mi-chemin entre Alien, pour le côté enfermé-dans-une-boîte-de-conserve et le mode d’inoculation du virus, et 28 Days Later, pour le côté approche-scientifique-du-zombie, les singes de laboratoire agressifs et le maquillage, Helix raconte l’histoire d’un groupe d’experts en virologie d’un CDC envoyés en mission spéciale sur la banquise.

À titre informatif, les CDC, Centers for Disease Control and Prevention, sont comme leur nom l’indique des lieux d’expérimentation sur des chihuahuas, cousins des rats, d’agents pathogènes mortels ; personnellement, je me rassure en pensant à The Walking Dead : en cas de contamination du personnel, il suffit à l’immunisé de service d’appuyer sur le bouton qui déclenche l’explosion nucléaire, car mieux vaut avoir trois bras que… quatre. Bref, le groupe se compose d’Alan, de son ex-femme, de sa potentielle future femme et d’une quatrième femme qui n’a aucune chance avec lui ; un militaire, qui ne s’est pas servi de son arme à feu depuis le boot camp, les accompagne. Ensemble, ils se rendent dans une station arctique où trois chercheurs, parmi lesquels le frère d’Alan avec qui son ex l’a trompé, ont été infectés par un virus qui transforme le sang en pétrole -enfin, en quelque substance y ressemblant.

Le nombre de victimes croît rapidement, et celles qui ne se liquéfient pas avant d’être récupérées par Total (« Notre énergie est votre énergie. ») voient leur force décuplée et l’envie montée de vomir ledit liquide noire dans la bouche des non-infectés. La série, qui ne bénéficie pas des mêmes effets spéciaux que (« Previously on ») Battlestar Galactica, laisse sans problème s’installer une tension permanente ; quelques scènes méritent même d’être qualifiées d’effrayantes, à l’instar de celles qui demandent aux personnages de ramper dans les conduits d’aération à la poursuite de Peter, le frère, qui s’y faufile comme un chat arracheur de bras ; Helix remplit mieux son office qu’une production comme American Horror Story. Les mystères s’accumulent et la font inexorablement pencher vers la théorie du complot : libre à chacun de croire que le responsable de la base, Hiroshi Hatake, met des lentilles de contact simplement parce qu’un Japonais n’est pas censé avoir les yeux de Riddick et qu’il redoute la moquerie, mais je crois, moi, qu’il cache quelque chose de plus important. La nouvelle création de Ronald D. Moore promet donc : personne ne viendra les chercher…