Futurama Saison 01 02 03 04 05 06 07 VOSTFR

Ecrit par mega sur . Publié dans Dessin animés / Animes / Mangas, Manga Animes VOSTFR


FuturamaRésumé : Accidentellement cryogénisé le 31 décembre 1999 alors qu’il livrait une pizza, Fry se réveille 1000 plus tard à New York. A l’aube de l’an 3000, le monde a bien changé, peuplé de robots et d’extrarrestres. Le jeune homme retrouve l’un de ses descendants qui l’engage lui et ses nouveaux amis, Leela et Bender, au Planet Express, une entreprise de livraison. Ensemble, ils vont devoir faire face à de périlleuses et délirantes missions dans un monde des plus surprenants.

Note 8,7/10 :Excellente série comme les Simpson, pas étonnant le papa de la série est le même : Matt Groening. On peut s’amuser à faire un parallèle entre les perso des deux séries : la personne morale c’est Leela (Lisa), le vieux gateux le professeur (Abraham Simpson), le sale gosse Bender (Bart), l’idiot Fry (Homer), etc… Dans Futurama, il y a plein de trouvailles comme prendre un habitant du 20ème et le projeter 1000 ans + tard, les têtes de célébrités conservées dans des bocaux, la cohabitation humain/robot, les races extra-terrestres (« je suis Lrrrrrr de la planète Omicron Persei 8 », mdr à chaque fois). Côté graphisme, c’est de l’animation classique avec parfois des objets en 3D (le vaisseau par exemple) mais c’est très bien fait. Encore une fois, M.Groening utilise l’humour ravageur pour critiquer sans retenue la société et là son terrain de jeu (la Terre en l’an 3000)lui permet de dénoncer jusqu’au est allé la bêtise humaine. 4 saisons seulement c’est trop peu mais la série va reprendre sous forme de films si j’ai bien compris. J’en bave d’avance ^^

Origine de la serie : Américaine
Acteurs : Billy West, Katey Sagal, Maurice LaMarche
Genre : Animation
Statut : Annulé

Telecharger Futurama Saison 01 02 03 04 05 06 07 VOSTFR

Saison 07 VOSTFR HDTV

Multiup

Saison 06 VOSTFR DVDRIP

Multiup

Lien 01 OU Lien 02

Critique :

La joyeuse bande du futur composée de Fry, Bender, Leela, Amy le professeur Farnsworth, Hermès Conrad et le docteur Zoidberg revient faire des siennes pour une nouvelle flopée de tribulations. Mais attention à ne pas s’y tromper car il ne s’agit pas ici de la numérotation américaine de la septième saison qui totalise en tout et pour tout 26 épisodes. Ce coffret français renuméroté se voit amputé de moitié (petit clin d’œil au Zoidberg chirurgien de la jaquette ?), il est donc tout à fait probable de voir l’éditeur sortir une saison 8 avec les 13 épisodes manquants. Mais tournons-nous à présent sur la qualité générale du contenu. Les épisodes proposés ici n’ont jamais été aussi beaux techniquement parlant (certains plans utilisent une semi 3D et une profondeur de champs à tomber !), ils foisonnent toujours d’idées loufoques et de références truculentes (Star Wars, Matrix, Battlestar Galactica etc…) comme le show à l’habitude de nous offrir, seulement voilà les vrais situations comiques semblent cette fois se faire plus rares. Le cynisme de Bender n’est plus aussi virulent, Fry passe plus de temps sur la touche au profit d’autres personnages, le Planet Express est en rade de missions dignes de ce nom et le professeur Farnsworth a moins l’occasion de sortir des inventions farfelues de sous sa blouse. Malgré ces quelques errances, la série créée par le papa des Simpson et David X.Cohen sait puiser dans ses ressources, à savoir, taper au bon moment sur les doigts d’une Amérique bien pensante avec un ton satirique vraiment juteux. Depuis ses débuts, le nouveau millénaire brossé par Futurama n’est en rien l’avenir radieux auquel nous rêverions puisque pas mal de problèmes rencontrés actuellement embarrassent toujours le peuple terrien autour de l’an 3000 (aussi bien sur des questions politiques, médiatiques, religieuses ou écologiques).

Dans les mets de choix étalés dans ce coffret nous jetterons notre dévolu sur « Paternité robot-rative » qui traite des relations père/fils entre Bender et son rejeton androïde, « Retour vers 3012 » et sa campagne présidentielle aux relents de Terminator, « L’effet papillon » et son catch sauvage façon lépidoptères et « Viva Mars Vegas » délicieux pastiche d’Ocean’s Eleven et son casse de casino du siècle. Le reste des épisodes procurent une impression mitigée, si « Des mains tendues à bras raccourcis » (un curieux disque martien annonce la fin du monde), « Le rasta qui valait trois milliards » (Hermès échange les parties de son corps contre celles d’un robot), « La saucisse de Bender » (un Oktoberfest puritain chahuté par des hommes préhistoriques) n’ont rien de désagréable en soit, ils oublient parfois de pousser le délire jusque dans ces derniers retranchements pour dépasser la barrière du politiquement correct. « Il était une fois Farnsworth… » joue plus sur la corde sensible et la nostalgie que l’humour et se révèle plutôt touchant avec son histoire de maison de retraite légèrement inspirée par Matrix. D’autres tournent à vide (« L’affaire est dans le sac », « Zapp End », « Very bad Trip », « Chasseur mais pas trop ») ou sont même carrément inutiles comme « Naturama » qui clôt la saison sous la forme d’un documentaire animalier où chacun des personnages s’adonne à l’anthropomorphisme avec paresse et sans aucun panache. Alors que Les Simpson atteignaient des sommets aux alentours de leur septième année sur l’antenne, Futurama aurait tendance à s’essouffler avec une compilation d’épisodes plus inégaux. Il est encore concevable d’en tirer du plaisir, cela se fera en revanche par intermittence.