Borgen une femme au pouvoir Saison 01 02 03 FRENCH

Ecrit par mega sur . Publié dans Téléchargez vos Séries FRENCH en SD / HD 720P Gratuitement, Téléchargez vos Séries VF & VOSTFR en HD


Borgen Résumé : Borgen décrit les batailles politiques pour le pouvoir au Danemark et les sacrifices personnels qu’elles entraînent. Le personnage principal, Birgitte Nyborg, est une femme politique qui a permis à son parti d’obtenir une victoire écrasante. Elle doit maintenant répondre aux deux plus importantes questions de sa vie : comment utiliser au mieux cette majorité et jusqu’où peut-on aller pour obtenir le pouvoir…

Note 8,5/10 : Très certainement l’une des meilleurs séries de ces dernières années ! Elle montre l’envers du décor du monde politique et d’une chaîne télé, les relations des politiques avec le monde du journalisme, les rivalités, les stratégies de communication, les alliances politiques. Elle aborde aussi de nombreux sujets de société : la légalisation de la prostitution, l’anorexie, et de sujets d’actualité : la situation en Afghanistan, la piraterie en Somalie, les relations entre le Danemark et le Groenland. Cette série présente aussi les différents moments d’une carrière politique : l’ascension, la constitution d’un gouvernement, le premier mandat, les premiers moments de doute et de crise, la reconversion, la création d’un nouveau parti politique. D’autre part, on voit également comment les politiques essaient de concilier vie privée et vie publique, et échapper aux regards des tabloids et de dissimuler leurs problèmes personnels. Un scénario très bien ficelé, des personnages très intéressants, une vraie série politique !

Telecharger Borgen Saison 01 02 03  FRENCH

Saison 03 FRENCH DVDRIP

Uptobox

Saison 02 FRENCH HDTV

1fichier

Uptobox

Saison 01 FRENCH DVDRIP

1fichier

Uptobox

Critique :

Alors moi j’applaudie et je remercie. D’habitude les séries ou films sur le monde politique m’ont toujours apparu totalement foirés parce que ne sachant pas mettre les pieds dans le plat. « Borgen », c’est l’anti-« conquête ». Dans le film de Xavier Durringer on osait prendre des personnages politiques réels mais on fuyait devant toute possibilité d’exprimer une seule idée défendue par un camp ou par un autre (si bien qu’on se retrouvait dans un mini-sketch où une romance à deux balles devait cacher l’absence totale de fond), alors que dans « Borgen », on fait tout l’inverse. On prend des personnages et des partis fictifs, mais on y met de l’idée : on a des libéraux, des nationalistes, des centristes, des socialistes et des écolos, et tout ce petit monde se confronte déjà par l’idée. Mais « Borgen » ce n’est pas que ça. Subtilement, la série parvient à dresser les coulisses du pouvoir, le jeu perpétuel de rapport de force avec lequel tout homme de pouvoir doit savoir composer, et enfin et surtout il est question d’image et de com. Or, là où à mon sens, « Borgen » touche au but. C’est que chaque épisode sait se faire accessible, chaque épisode parvient à nous poser clairement dans le dilemme qui se présente à cette pauvre « Statminister », et surtout jamais la série n’occulte de question ou de point de vue par facilité. C’est presque dommage du coup que cette bien belle série soit au final aussi sage et rationnelle. Après la montée en puissance lors des quatre premiers épisodes (l’épisode « 100 jours » est d’ailleurs pour moi le plus réussi et de loin), les six qui suivent stoppent l’escalade dans la cruauté politique.

Même, je pense même pouvoir dire que la multiplication des prudences des scénaristes a pu quelque fois me frustrer. Entre les inventions de pays qui visent à ne froisser personne et une morale politique finalement pas si vicieuse que cela, « Borgen » m’a montré des champs dans lesquels cette série pouvait clairement exprimer davantage de mordant. Malgré tout, je me rends quand même à une évidence : cette mesure que la série observe aussi bien au niveau du vice que dans les coup bas aurait pu rentre cet univers de « Borgen » bien froid., surtout en prenant place chez nos nordiques voisins du Danemark ! Mais il n’en est rien, et c’est la dernière chose qu’il me semblait utile de signaler car, c’est – me semble-t-il – le dernier atout de cette série. A dire vrai, cet atout qui fait respirer cette série est essentiellement un atout charme car il s’agit en fait de l’incarnation solaire de la somptueuse Sidse Babett Knudsen, que je ne connaissais jusqu’alors que des tournages de Susan Bier. Posée et maîtrisée, la belle Scandinave a clairement su donner corps au projet en adaptant son interprétation à la sobriété de la démarche d’ensemble. Bref, voilà bien un petit miracle qui sait s’imposer doucement par son remarquable équilibre et sa sobre efficacité. Espérons maintenant que la saison 2 osera désormais rentrer encore davantage dans le vif et ainsi vraiment nous faire franchir le côté obscur. Autant dire que j’attends cela avec impatience.